Le concept de Lean ?

ZACK
ZACK
Published in
4 min readJun 2, 2016
Casimir sur son stand.

Le lean est le mot magique des entrepreneurs. À l’origine, il signifie “maigre”, “aminci”.

Aminci?

Oui aminci. Débarrassé du gras, de l’inutile, de ce qui est en trop.

Le terme “lean” a été conceptualisé par Daniel T. Jones, Daniel Roos et James P. Womack, trois chercheurs américains du MIT dans leur ouvrage The machine that changed the world (1990). Dans cet ouvrage, les auteurs s’attachent à décrire les systèmes de production élaborés par Toyota dans les années 1980, plus connus sous le nom de Toyota Production System (TPS).

Galvanisés par le miracle économique japonais, les ingénieurs de Toyota avaient défini trois grandes familles de gaspillages que leur entreprise devait détruire pour croître et s’imposer dans la féroce mondialisation. Le lean management au sein de Toyota avait donc pour mission de détruire les formes de gaspillages suivantes:

Muda (“le gâchis”), muri (“le déraisonnable”) et mura (“l’irrégularité”)

“Le Muda, c’est tabou, on en viendra tous à bout!”

Parmi tous ces gaspillages, on peut citer les doublons, les délais trop longs, les inventaires de stock incorrects ou les temps morts. En fait, toutes les opérations qui ne produisent aucune valeur ajoutée pour le client. Une entreprise devient donc maigre lorsqu’elle détruit ces gaspillages. En éliminant tout le muda, le muri et le mura, vous gagnez du temps et vous apportez de la valeur à votre client.

Simple comme bonjour, non ?

Le texte prophétique: The Lean Startup

Plus tard, c’est Eric Ries qui s’empare de ce concept pour l’appliquer au développement des startups. Eric Ries, vous savez, l’auteur du best seller du New York Times, The Lean Startup. Cette bible de l’entrepreneur a fait l’objet de conférences, de séminaires, de cours et de workshops à travers le monde.

L’idée phare: il est inutile de passer huit années enfermé dans une cave à développer un produit très élaboré, coupé du monde, il faut le confronter à sa cible dès son stade embryonnaire. C’est l’expérience qu’a faite Eric Ries avec sa startup, IMVU. Et cet embryon, c’est le MVP (Mininum Viable Product): un produit suffisamment élaboré pour être testé sur sa cible et suffisamment simple pour être modifié. Un produit peu coûteux mais fonctionnel.

Le MVP a ses synonymes et vous les connaissez: prototype, version bêta…

Le grand Eric Ries prêchant la bonne parole.

Zack Gyver

Zack a très tôt adopté la méthode lean dans son développement. Depuis les tests effectués sur les habitants de San Francisco jusqu’à la version bêta, les feedbacks ont été nombreux et très précieux pour comprendre quelles étaient exactement les attentes de nos utilisateurs.

Tim, Casimir et Pierre-Emmanuel ont fait leurs premières armes dans le lean à la D-School de Stanford, l’école de design de la prestigieuse université californienne. L’objectif de leur visite était de fabriquer, à partir de quelques outils rudimentaires, un produit afin qu’il puisse être rapidement testé sur sa cible. Pierre-Emmanuel souligne le pragmatisme de la démarche découverte à Stanford:

“le but était de passer le plus rapidement possible de l’idée à la réalisation concrète, physique. Fabriquer plutôt que de simplement penser en chambre. Echouer pour améliorer sans cesse”.

Vous avez bien compris: il faut devenir le MacGyver de l’entrepreneuriat. Il faut résoudre un problème crucial avec un tournevis, une clé à molette et du bois.

Une salle de la D-School à Stanford

Le premier MVP de Zack a été simplissime. Pierre-Emmanuel, Tim et Casimir ainsi que leurs compères de Berkeley, Thibault et Laëtitia, ont distribué des boîtes dans les environs de Berkeley. Dans ces boîtes, les passants pouvaient déposer les objets qu’ils souhaitaient vendre. Casimir avait même monté un stand pour revendre ces objets! Simplissime mais pertinent: ce MVP a fait ressortir les objets dont la vente était très demandée!

Le lean dans toute sa splendeur. Oui c’est bien Zack.

La version bêta de notre site a été le deuxième MVP significatif. l’objectif de cette bêta ? Tester Zack sur ses utilisateurs potentiels, recueillir leurs feedbacks et simplifier encore un peu plus notre service.

Aujourd’hui, alors que cette bêta est terminée et que nous sommes en phase d’acquisition pour séduire des clients prêts à nous revendre leurs produits Apple, nous continuons tout de même d’appliquer quotidiennement les principes du lean !

May the lean be with you.

Sources.

--

--

ZACK
ZACK
Editor for

ZACK garantit une seconde vie à tous les produits électroniques ♻️ Top #3 des entreprises de l’économie circulaire (rapport Tech For Good 2020 de l’Elysée)