EN VEILLE SUR LE CHANGEMENT GLOBAL #61

berenice gagne
Anthropocene 2050
Published in
8 min readJan 8, 2022

--

Janvier 2022

Tandis que les variants du coronavirus nous font réviser notre alphabet grec, je me réjouis de partager une bonne nouvelle pour éclaircir ce début d’année morose : des recherches sur les chênes au cours des 3 derniers siècles montrent que ces arbres « évoluent rapidement et sont capables de s’adapter aux variations climatiques en quelques générations ». Une invitation « à favoriser la régénération naturelle des forêts » ! Pendant ce temps en ville, les « villes moyennes » continuent de faire rêver (les journalistes parisien-nes ?) et les métropoles auraient perdu de leurs charmes.

Que cette nouvelle année vous soit douce❤️

📢 Retrouvez également les veilles thématiques sur l’eau, les nouveaux outils économiques et les sols urbains, des chroniques originales à écouter ou à lire sur des thématiques issues des veilles et une très riche compilation de pistes de lectures anthropocènes parmi les publications les plus récentes.

“Rivers Feed the Trees #470” (2021) © Meredith Nemirov

Si vous avez des suggestions pour enrichir cette veille, n’hésitez pas à les partager : berenice.gagne@universite-lyon.fr.

Encore plus d’articles et de références au fil de l’eau sur mes comptes Twitter et Instagram.

URBAIN

- Une étude des données sur les inscriptions scolaires de la rentrée 2021 à l’échelle des intercommunalités de France métropolitaine tente d’objectiver la réalité d’un hypothétique « exode urbain » (Le Monde, 08/01/2022).

- A Hong-Kong (Chine), des battues sont organisées pour éliminer les sangliers dont la population augmente dans le territoire depuis la campagne d’élimination des chiens sauvages (Le Monde, 06/01/2022).

- A écouter : « Confinement, flambée de l’immobilier, périls climatiques… Les métropoles sont-elles devenues invivables ? ». « Une crise ne créé rien, elle révèle et accélère des choses présentes, elle est un catalyseur, un accélérateur et révélateur de tendances plus profondes » (France culture, 05/01/2022).

- Comment les villes à travers le monde se sont adaptées à leur deuxième année sous épidémie ? Innovation pour ventiler les bâtiments, planification de la ville de la minute, distributeurs automatiques d’eau, smart city, création de postes de « responsable canicule », développement de services sociaux, mobilité universelle, etc. (Bloomberg CityLab, 27/12/2021).

- « À Hambourg (Allemagne), survivre au changement climatique signifie vivre avec l’eau : la ville allemande s’appuie sur un mélange innovant de techniques nouvelles et anciennes pour garder au sec les nouveaux aménagements du front de mer dans un contexte de montée du niveau de la mer et de tempêtes plus fréquentes » (Bloomberg CityLab, 18/12/2021).

- « Habiter sans posséder : la foncière Antidote, un fonds de dotation, permet d’habiter sans posséder ni se soumettre. De quoi favoriser les communs et l’expérimentation » (Reporterre, 18/12/2021).

- La ville moyenne : « La « ville à taille humaine » est devenue le nouvel eldorado des citadins. Mais en quoi consiste-t-elle ? Les explications du géographe Michel Lussault » (Le Monde, 17/12/2021).

- A écouter : « Où habiter dans un monde durable ? », une rencontre sur le développement urbain durable pour construire un futur souhaitable (France culture, 15/12/2021).

- « Et si la ville dense était tendance ? » : quelle acceptabilité pour densifier les villes, même en zones rurale et périurbaine, afin de lutter contre l’artificialisation des sols (La Gazette, 14/12/2021).

- La revue STREAM 05 — Nouvelles Intelligences « enquête sur les formes d’intelligences à considérer, mettre en œuvre et transmettre pour dépasser l’Urbanocène ». Elle explore « avec des penseurs, chercheurs et artistes les avancées de la connaissance des intelligences naturelles, les progrès des intelligences technologiques et les expérimentations d’intelligence sociale pour agir collectivement sur la ville de demain » (STREAM).

Image du film « Lettres d’un homme mort » (1986) © Konstantin Lopouchanski

AGRICULTURE & ALIMENTATION

- « On assiste à une uniformisation de l’alimentation : auteur d’une enquête sur les aliments menacés d’extinction, le journaliste britannique Dan Saladino revient, dans un entretien, sur la nécessité de reconquérir plus de diversité agricole » (Le Monde, 07/01/2022).

- Dans l’Arizona (Etats-Unis), valoriser les savoirs autochtones pour faire face au dérèglement climatique : « Pendant 5 000 ans, nos agriculteurs et agricultrices ont essayé différentes stratégies pour gérer la chaleur, la sécheresse et la pénurie d’eau. Nous devons commencer à traduire ce savoir » (The Washington Post, 10/12/2021).

ARTS & CULTURES

- Un numéro de la revue Traverses sur « L’éco-documentaire à l’épreuve de l’anthropocène » (Traverses).

- « L’art, la science et l’anthropocène », une réflexion sur les interactions entre art et science pour susciter une transformation culturelle et spirituelle radicale et faire face à l’anthropocène (The Conversation, 28/12/2021).

- « Duplication en mode resserré de la Biennale de Tapei, « Toi et moi, on ne vit pas sur la même planète » met en scène au Centre Pompidou-Metz le travail de Bruno Latour sur nos modes d’existence affectés par le changement climatique. Cartographiant nos désaccords et nos divisions sur le nom et la consistance de la planète que nous prétendons habiter, l’exposition invite des artistes à donner une forme à ces questionnements, via l’enquête ou l’imaginaire » (AOC, 15/12/2021).

BIODIVERSITE

- « Les chênes se sont rapidement adaptés aux variations climatiques de l’Anthropocène : Avec l’accélération du réchauffement climatique due aux activités humaines, la question de la vitesse d’évolution et d’adaptation des arbres est au cœur des préoccupations actuelles des chercheurs et forestiers. Les chercheurs d’INRAE, de l’ONF, du CEA ainsi que des universités d’Uppsala (Suède) et de Zhejiang (Chine) ont étudié l’évolution des chênes de 3 forêts françaises au cours des 3 derniers siècles, de la période froide du Petit âge glaciaire au réchauffement dû aux activités humaines. Leurs résultats montrent que les chênes évoluent rapidement et sont capables de s’adapter aux variations climatiques en quelques générations. D’après ces conclusions, les gestionnaires forestiers auraient ainsi intérêt à raccourcir les générations et à favoriser la régénération naturelle des forêts pour faciliter l’évolution rapide des peuplements » (INRAE, 06/01/2022).

DECHETS

- Poubellocène : « Reconnaître que les déchets sont au cœur, et non à la périphérie, de tout ce que nous concevons, fabriquons et faisons est essentiel pour transformer l’avenir » (Aeon, 04/01/2022).

- Economie circulaire : « Dans un building de Montréal, les déchets des uns font le bonheur des autres : Et si les déchets d’une entreprise devenaient les produits ou la matière première de celle de l’étage au-dessus ? La Centrale agricole, coopérative, née il y a deux ans et regroupant une vingtaine d’acteurs de l’agriculture urbaine, concrétise cette expérience » (Reporterre, 07/12/2021).

“A Bridge Too Far” © Jen Orpin

ECONOMIE

- « Mesurer le potentiel et les limites de l’économie circulaire » : une présentation du modèle MatMat (Matrices Matières) qui « évalue les empreintes matières et carbone de la France » et « permet d’évaluer le potentiel de l’économie circulaire pour réduire les impacts environnementaux et atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 » (Ademe, janvier 2022).

ENJEUX POST- ET DECOLONIAUX

- « L’Amazonie, une forêt dépeuplée par la colonisation » : « Le fameux « poumon vert de la planète » a été façonné par l’humanité, montre l’archéologue Stéphen Rostain dans La forêt vierge d’Amazonie n’existe pas. Et ces peuples qui y vivaient en symbiose avec leur environnement ont été annihilés par la colonisation, dans une logique destructrice qui se poursuit encore aujourd’hui » (Reporterre, 05/01/2022).

- « Plantationocène et extractivisme : convergence de logiques prédactrices » : « « Plantationocène » est un terme puissant, qui pointe le fait que la modernité occidentale et sa prospérité se sont bâties sur une poursuite de la rentabilité maximale et l’exploitation de certains corps. Mais cette logique extractiviste n’épargne pas les institutions dans lesquelles se constitue le savoir ; il ne faut donc pas oublier que les épistémologies alternatives sont toujours susceptible d’être récupérées et de perdre leur pouvoir critique » (AOC, 17/12/2021).

IDEES

- « Imminente ou immanente, la fin du monde est bien là » : « Que penser du succès récent des thèses sur l’effondrement qui sont désormais discutées bien au-delà des sphères de l’écologie radicale, remplissent les pages de grands journaux et alimentent des débats dans des milieux peu politisés ? Qu’il soit éphémère et dû à la puissance provocatrice du sujet ou qu’il s’ancre durablement dans le vocabulaire politique, il signale la percée d’une forme d’apocalyptisme dans notre société, ambivalente, aussi dangereuse que riche de promesses. Une forme dont la fortune a peut-être été préparée par les fictions de la fin du monde qui se sont multipliées ces dernières années » (Socialter, 07/01/2021).

- « Les multiples défis de nos planétarités ». Un texte stimulant qui pose « les problèmes de planétarité en termes d’habitabilité alors que les problèmes écologiques de la globalisation se posent en termes de modes de vie ». Une « planétarité désirable » passera dès lors par une nécessaire « désoxydentalisation » et le développement de « pratiques d’hospitalité » : « L’optique planétaire nous invite simultanément à nous considérer comme des hôtes au sein de milieux de vie (« naturels »), dont nous devons reconnaître et sanctuariser les conditions de reproduction, et comme des hôtes au sein d’infrastructures (« artificielles »), qu’il nous appartient de rendre accueillantes envers les multiples formes de vie dont nous participons » (AOC, 06/01/2022).

- « Peut-on s’affranchir d’une conception du temps comme succession linéaire d’instants ou d’époques ? Quel sens aurait une approche plurielle des temporalités ? Et quels en seraient alors les enjeux politiques ? Telles sont les questions auxquelles s’affronte Bernadette Bensaude-Vincent » dans Temps-Paysage (Edition du Pommier, 2020) (Terrestres, 14/12/2021).

MIGRATIONS

- A écouter : un reportage sur « Les réfugiés climatiques du Somaliland » (France culture, 07/01/2022).

POLITIQUE & GEOPOLITIQUE

- « Penser l’écologie politique depuis les Outre-mer français » : un numéro de la revue Ecologie & Politique pour penser les crises écologiques à partir des territoires marginalisés des Outre-mer (Ecologie & Politique, n°63, 2021).

- « Un communisme du vivant ? Une conversation avec Paul Guillibert », auteur de Terre et capital. Pour un communisme du vivant (Editions Amsterdam, 2021) « pour parler d’Anthropocène, de marxisme, de l’URSS et de sa place dans la pensée communiste ou encore de nationalisme vert » (Le Grand Continent, 07/01/2022).

- « Ce que le temps de la forêt fait au temps de la lutte : De nouvelles manières de lutter avec les vivants sont en pleine éclosion. Dans une zone à défendre, dans la protection de zones de réensauvagement, dans les nouvelles formes de foresterie… Arbres, sols, mycorhizes redeviennent acteurs de nos mondes et d’alliances politiques conflictuelles. Comment se vivent et se construisent ces résistances, dès lors qu’elles se mettent en lien avec des temporalités sans commune mesure avec celles des êtres humains ? » (Socialter, 28/12/2021).

- “Anarchy, war, or revolt? Radical perspectives for climate protection, insurgency and civil disobedience in a low-carbon era”: une étude des tactiques à adopter pour un véritable passage à l’acte en matière de politique climatique (Energy Research & Social Science, Volume 86, Avril 2022).

SANTE

- Une présentation de la santé planétaire a pour but de comprendre les liens entre les activités humaines qui modifient l’environnement et les conséquences sur la santé des humains et des écosystèmes (Alliance Santé Planétaire).

SOCIETE

- Renouvelant la pensée féministe des années 1960 qui articule le privé et le personnel comme politique, la sociologue Geneviève Pruvost, autrice de Quotidien politique. Féminisme, écologie et subsistance (La Découverte, 2021) propose de « partir de l’espace domestique, du quotidien et de la maisonnée pour (re)penser toutes les dimensions de la catastrophe écologique en articulant perspectives féministes, subsistance et reprises de terres » (Terrestres, 05/01/2022).

- « L’écoanxiété, une crise existentielle pour certains adolescents ». « Ma crainte, c’est qu’on pathologise des individus, alors que c’est avant tout un système qui dysfonctionne pour des raisons politiques » (Le Monde, 04/01/2022).

--

--

berenice gagne
Anthropocene 2050

Vigie du changement global, je vois l’Anthropocène partout. Un œil sur le Capitalocène, l'Urbanocène & le Plantationocène