Quelles récompenses pour la cooptation ?

Lorsque l’on parle de cooptation, le premier sujet abordé est celui de ses avantages par rapport aux autres méthodes de recrutement. Puis, celui qui nous brûle les lèvres est celui de la prime. Faisons un tour d’horizon des moyens de rétribuer ses employés pour un recrutement par cooptation !

Comment motiver quelqu’un ?

La motivation est au cœur de la cooptation, puisqu’il s’agit d’inciter des personnes à faire quelques chose qu’elles ne sont pas dans l’obligation de faire.

Le Hook Model vous intéresse ? Un livre, un mooc.

Quelle que soit la nature de la motivation, elle suit toujours le même schéma.

Un déclencheur (1) nous pousse à faire une action (2) qui nous procure une récompense (3). Et si on estime que l’échange en valait la peine, nous avons intérêt à investir (4) dans cette boucle d’action pour intégrer cette routine à notre quotidien.

La récompense est au centre de la motivation. Il faut que celle-ci soit estimée à la hauteur de notre action, sinon nous ne serons pas motivé à recommencer.

J’ai chiné le web pour vous trouver le best of des 4 modèles de récompense. Je vous invite à vous en inspirer librement, et surtout créer celui qui correspondra à votre réalité. :)

1. La prime 💰

C’est LE modèle le plus répandu. Il s’agit de verser une somme d’argent à l’employé qui a recommandé la personne recrutée, voire même nous a aidé à établir le contact.

Les montants peuvent varier en fonction de la séniorité du poste, et la difficulté que vous avez à le pourvoir.

En 2015, Google souhaitait augmenter ses recrutements par cooptation. La prime a été doublée, mais ça n’a pas eu les impacts escomptés…😿

Que s’est-il passé ? Laszlo Bock, DRH de Google le raconte dans son livre Work Rules. Lorsque la prime est passée à 4000$ le nombre de candidatures proposées a connu une augmentation importante. Cependant, le nombre de recrutements par cooptation, lui, n’a pas bougé.

L’explication potentielle de Google est que les salariés étaient jusqu’ici motivés par le fait de faire rejoindre à leurs proches l’entreprise qu’ils appréciaient. La prime était secondaire. En l’augmentant, l’appât du gain est plus important, et a poussé les employés à davantage tenter leur chance que de proposer des profils par conviction profonde.

Assez vite Google a fait marche arrière, comprenant que le montant de la prime n’était pas ce qui faisait le succès de leur programme de cooptation. Ils se sont alors davantage focalisés sur la relation coopteur-candidat-recruteur. Un autre sujet très intéressant…

2. L’expérience 🌵

Il s’agit d’un joli mot pour parler d’une prime non monétaire. Vous ne recevrez donc pas directement de chèque, mais un cadeau. Le but n’est pas de réduire la dépense liée à la prime, mais de la convertir en expérience.

Et en terme de cadeaux certains sont créatifs ! L’entreprise InMobi est pionnière en la matière, et est passée de 20% de ses recrutements par cooptation à 50% ! Elle offre des voyages pour toute la famille et même des motos à ses employés. Pour l’anecdote, ils avaient disposé à l’entrée du bâtiment principal un modèle des motos qui étaient à gagner. Faut dire qu’une Royal Enfield en plein milieu du bureau, c’est classe.

3. L’oeuvre caritative 💛

Pour celle-ci, je n’ai pas d’exemple particulier. Je l’ai vu proposée dans plusieurs entreprises parisiennes. Il s’agit de proposer de verser tout ou partie de la prime à une association.

C’est très simple à mettre en place pour l’entreprise et cela permet de faire une bonne action. Cerise sur le gâteau, l’entreprise peut participer encore davantage pour un coût équivalent, puisque les charges et les règles fiscales sont beaucoup plus light que pour une prime exceptionnelle.

4. Ne pas avoir de prime 💡

Pour ceux qui nous suivent (merci !) vous savez que Stripe recrute 40% de ses employés sans même avoir recours à une prime de cooptation. Et pour ceux qui ont lu l’intro de l’article, vous savez aussi que nous aimons les récompenses pour être motivé. Comment font-ils ?

En réalité l’incentive (la carotte en français, tellement classe) proposé par Stripe est très fort. Il s’agit de (1) travailler avec les meilleurs. Donc faire des choses passionnantes, apprendre de personnes intéressantes, et relever ensemble des défis. Et (2) avoir un rôle à jouer dans la constitution de cette équipe de choc.

Chez Stripe, une grande confiance est accordée aux employés coopteurs, dont l’avis a un grand impact sur la décision finale du recrutement. 😎

Ainsi, le rôle du coopteur varie selon la nature de la relation. Si le candidat proposé est un ancien collègue, le retour de l’employé coopteur comptera comme un entretien. Bien sûr, là ne repose pas toute la décision de l’évaluation, puisque le candidat sera reçu en entretiens.

Si leur modèle est si vertueux, c’est bien parce qu’ils ont réussi à créer une boucle de récompense basée sur la motivation intrinsèque de leurs employés. Cette base est bien plus puissante et intéressante pour l’entreprise que n’importe quelle prime.

En conclusion…

Alors inspiré(e) ? Et pourquoi ne pas demander directement à vos collaborateurs à quelle type de récompense ils seraient sensibles ?

Vous pouvez organiser un questionnaire en ligne en offrant plusieurs choix que vous aurez sélectionnés pour qu’ils correspondent à la culture de votre boîte.

N’oubliez pas, quelle que soit la récompense, l’objectif de la cooptation doit être clair : la cooptation est avant tout pour les collaborateurs le moyen de choisir leurs futurs collègues.


Cet article vous a plu ? Cliquez pour le Tweeter !

Merci, ça nous aide beaucoup :)

Nous publions sur la cooptation et la vie de notre startup.

Suivez-nous !