Mes 3 cerveaux, heu 5, non 6!

Histoire de gouvernances personnelles

Pascal Kotté
Lean-Design
Published in
6 min readOct 12, 2018

--

Photo by David Clode on Unsplash

Je me suis simplifié la vision de moi-même en le réduisant à 5, puis 6 cerveaux, je n’en présente souvent que les 3 principaux:

  1. Ma tête pragmatique et pensante (conscience)…
  2. Mon cœur, émotionnellement pilote de mon existence.
  3. Mon ventre, instinctivement guide de mes choix subis, judicieux ou pas.
  4. Il y a encore le 4ème, celui en dessous de la ceinture (Sexe), vital pour l’espèce humaine, mais qui fait faire pas mal d’âneries aussi,
  5. et le reste du corps est mon 5ème cerveau, car l’état de mon pied peut influencer mon humeur et mon comportement (ongle incarné récemment, sans parler de mon épisode épaule gelée! Aussi notre Biome intestinal étranger en nous, qui va influencer notre production de sérotonine!).
  6. Et je parle du sixième désormais, il est super important d’y être lucide…
    Le regard des autres!

Bien entendu, que presque tout se passe en réalité dans ma tête, nous sommes d’accord, c’est une vue de l’esprit… Ou partiellement pas. Car le 3-ème cerveau (nommé souvent le 2nd cerveau par des scientifiques), est en fait notre 1-er cerveau primaire, avec autant de neurones dans la paroi intestinale que dans le cerveau d’un rat (150 millions). Quant au cœur, c’est 40'000 neurones, comme une petite crevette. Mais il comprend aussi un biome d’ADN étranger de micro-organismes plus nombreux que mes propres cellules, interconnectés et interagissant avec moi via mon réseau neural intestinal, et des messages biochimiques intenses! Une symbiose ignorée. Je ne (sur)vie que grâce à mes microbes embarqués, qui changent mon humeur. Ils contribuent aussi, avec mon biome dermique et épidermiques (acariens) à la barrière cutanée qui protège mon corps. Virus et microbes sont mes amis, le plus souvent…

L’humain possède 3 cerveaux biologiques distincts mais connectés

CC-BY Pascal.KOTTE@CloudReady.ch — Nos 3 cerveaux, et notre biome en symbiose (L’humain est l’hôte d’une symbiose, et un symbiote) même nombre de cellules vivantes étrangères et intimement liées à notre humeur.

Le sixième cerveau qui me dirige:

Le regard des autres!

J’ajoute à ma/notre gouvernance un 6-ème cerveau: “Le regard des autres!”, car nous y sommes tous sensibles, plus ou moins…

Car dans la gouvernance de nos prises de décisions, le ‘regard des autres’ nous formate à pas mal de décisions, parfois, ou souvent? Contre notre propre nature! Notre conformisme et notre désir d’intégration, nous impose des schémas sociaux redoutablement nocifs pour les changements et les innovations, parfois vitales… Mais nous sommes (probablement) l’espèce la plus ultra-sociale de la planète, aptes à aimer ou détester et tuer de parfaits inconnus, par simple adhésion ou rejet de cercles sociaux. Cela a un prix…

Photo by Jan Genge on Unsplash

Je travaille à réduire l’influence de celui-ci, le plus possible… Pour être libre!

Mais c’est aussi ce même sixième cerveau qui est le berceau de notre intelligence collective!

Et donc il est fondamental d’en tenir compte pour augmenter nos intelligences. En conférence/causerie, ceux qui font progresser ma propre intelligence (capacité de discernement), sont d’abord ceux qui ne sont pas d’accord avec moi. Je mets de côté mon égo, et j’écoute, avec attention: soit j’apprendrai de nouveaux éléments, et je peux réviser mon jugement, soit je comprendrai les biais de l’autre, pour me permettre de l’aider à mieux les discerner à son tour, pour augmenter aussi, son intelligence à lui. Nous avons tous à y gagner. C’est ainsi que je suis conduit par mes 3 cerveaux, et ce sixième, avec mes 3 valeurs comme phares:

  1. [Tête] Vers plus de lucidités, servir nos intelligences? Ou pas?
  2. [Cœur] Avec plus de bientraitance, ou plutôt de la maltraitance?
  3. [Ventre] Au service d’élargir nos libertés? Ou de les réduire?

Mes prises de décisions sont extrêmement rapides, grâce à ces 3 filtres!

Notre libre arbitre?

Robot!

Les neurosciences mesurent désormais avec précisions les activités cervicales situées en zone “consciente” et en espace “non-conscient” et détermine ainsi, la part déterminée de celles subies, de nos actions et décisions.

Ils mesurent si le signal est émis par la conscience, et reçu par l’inconscient pour y recevoir les instructions conscientes. Raté! C’est l’inverse! La conscience est un accessoire, pour accompagner notre inconscient…

Résultat: Je pensais être esclave à 80% de mes instincts, mes émotions et mes pulsions; et 20% de réfléchis. Ben c'est tout faux.

Dans la quasi-totalité des cas, c’est le subconscient qui a pris la décision…

En plus nous sommes plusieurs dividus…

Notre cerveau comprend à minima, 2 dividus distincts, et non un seul individu, comme nous le pensons. Peut-être plus encore… Le cerveau droit aime le bleu, et le gauche le jaune, notre conscience va-t-elle préférer le vert? Nous sommes tous (à tendance) schizophrènes, à différent degrés!

Et Mythomane! (à tendance)

Notre conscience va se raconter une histoire pour justifier la décision prise par notre inconscient. Des fois, cela pourra être juste et réaliste, mais le plus souvent c’est complètement illusoire… (Cf. l’esprit plat)

Nous sommes sourds et aveugles, mais bavards!

En plus c’est héréditaire!

Soumis, révolté, passif, sanguin, incapable de laisser des restes dans ton assiette? Ces caractéristiques comportementales peuvent s’hériter de nos parents, et surtout, de nos grands-parents et encore 5 générations précédentes. Nous avons 70% de chance de reproduire certains caractères et traits comportementaux de nos ancêtres, (testé sur 7 générations avec souris), sans même parler de mimétisme et d’apprentissage (qui vont jouer aussi très fortement, évidemment). Et non, ce n’est pas inscrit dans nos gênes, c’est l’épi-génétique. La façon de “lire” et dérouler notre ADN va favoriser ou défavoriser certaines parties, qui vont influer nos réflexes comportementaux. Et cela est (partiellement) héréditaire, même si ce n’est pas directement porté par nos gènes…

Mais voici la bonne nouvelle:

On peut se corriger!

Épigénétique

La bonne nouvelle, c’est que nous avons la capacité de nous changer, par conscientisation, et sur un travail personnel profond… Alors, les enfants nés par la suite, n’hériterons plus de ce(s) caractère(s), car ces changements affectent l’épi-génétique de notre être, décidément bien plus subtil que nous l’imaginions.

Activer le mode lent !

Notre cerveau fonctionne en 2 modes: Système 1 rapide, et système 2 lent. Si on prend le temps de réagir en pleine conscience et de se questionner et de se documenter, alors, on peut “changer”. Mais c’est plus long, avec de l’effort.

Mais notre société veut du rapide,

et de ne surtout pas y réfléchir ?

Ou pas ?

PROGRAM OR BE PROGRAMMED!

#PutainDeCerveau #CrétinDeCerveau

Bullshitomètre

Les 2 vitesses de la pensée: Système 1, système 2

— Mes sources pour raconter de telles bêtises ?

Toutes centralisées dans les ouvrages de Harari, Sapiens et “Homo deus”.

A voir aussi: http://zetetique.kotte.net

Aussi:

Mais attention aux prises de décisions basées sur l’analyse scientifique uniquement, ce n’est pas toujours la plus appropriée, utilise tes 3 premiers cerveaux pour décider! Fait aussi confiance à ton instinct, tes émotions…

--

--

Pascal Kotté

Réducteur de fractures numériques, éthicien digital, Suisse romande.