Abradebarras X Maia Mater

Abradebarras, c’est quoi ? C’est un service d’enlèvement et de revalorisation des encombrants pour professionnels et particuliers. On vient bouger un peu les mondes sexy du débarras et des encombrants !

On y reviendra après, il faut d’abord savoir comment on en est arrivé là.

Super, mais vous êtes qui ?

C’est le premier article, on comprend bien que vous ayez quelques interrogations avant d’aller plus loin. On va faire vite, nous ne sommes que 2.

Romain

Je suis développeur de formation, Bac+4 en alternance dans un grand groupe informatique. Arrive la fin des études, je n’ai pas l’envie de continuer sur une 5ème année (encore moins dans le même genre d’entreprise) et je découvre le monde formidable de l’entrepreneuriat !

J’enchaîne plusieurs projets, plusieurs échecs aussi mais une bonne montée en compétences dans pleins de domaines ! Et surtout une bien meilleure compréhension de ce qui se cache derrière le mot “startup” qui veut tout et rien dire .

Thomas

Après un bac ES et des études ratées de droit, en passant par la restauration et divers métiers, je me suis lancé dans la vente de livres sur internet (amazon, ebay …).

Devant l’insistance des clients à reprendre leurs vieux canapés en même temps que leurs livres j’ai lancé débarras-labaule.fr un service classique de débarras de maisons.

Lors d’un montage de meubles Ikea, je me suis posé la question créatrice d’Abradebarras : mais que faire de nos anciens meubles ? Pas le temps et l’envie de les vendre, pas les moyens de les envoyer à la déchetterie, … .

De là est parti le projet. Après une mise en relation avec Terence, j’ai intégré Maia Mater afin de concrétiser l’idée de créer un service accessible à tous et à la sauce “Startup” .

MAIA MATER : Échec et réussite

Maintenant, vous savez rapidement ce que l’on fait, que l’on vient de milieux bien différents, mais comment deux profils si différents se sont rencontrés ?

Grâce à Maia Mater pardi !

On ne va pas refaire un point détaillé sur ce qu’est Maia Mater, Quentin ADAM ou Guillaume Odier l’explique très bien dans leurs articles. On vient surtout donner un feedback mais, en une phrase Maia Mater c’est : Un camp pour primo entrepreneurs qui en veulent, dans une ancienne caserne militaire avec une équipe aux petits oignons derrière et le tout totalement GRATUIT.

Donc, je (Romain) rentre avec un projet pour les jeunes marques de prêt à porter Française (un mix entre une marketplace de fringue et Tinder). On décide de stopper le projet avec l’équipe. Du coup arrive un moment de flottement appelé, “Je fais quoi de ma vie maintenant ?”.

Le projet est proche de la fin et Maia Mater (Terence, Quentin, …) est là pour nous dire “Bon, les gars, soit vous continuez, soit vous arrêtez et vous rejoignez un projet ! Vous êtes deux développeurs merde !”(Dans l’idée, c’est comme ça que je l’ai entendu).

Thomas était tout seul depuis le début, il avançait dans son projet, mais ça devenait vital pour lui de trouver un co-founder ! J’étais dispo, le projet m’intéressais beaucoup, donc, on fonce !

C’est ici que ça devient intéressant

C’est là ou je vais vraiment expliquer ce qu’a été Maia Mater pour moi, Thomas et surtout Abradebarras.

Abradebarras, c’est quoi ?

En quelques lignes :

Abradebarras est un service d’enlèvement d’encombrants à la demande pour les particuliers et professionnels. 3 cartons, un canapé, une cave ou une maison nous fournissons le même service en ligne : une estimation rapide et une intervention de personnes formées et le tout à moindre coût. Et en plus nous revalorisons au maximum, soit pour la matière première (bois, métaux, gravats, …) soit via nos points de ventes. L’objectif est de créer un maillage d’indépendants pour s’adapter aux exigences de nos clients et non l’inverse.

Je rejoins donc un projet et va falloir s’y mettre sérieusement ! Thomas est rendu bien loin dans son idée, mais maintenant on est deux et je dois :

  • Comprendre le projet le plus rapidement possible
  • Analyser le tout pour que l’on mette en place une stratégie
  • Passer à l’action

Où et quand ?

Nous sommes dans un environnement optimisé pour aller le plus vite possible : nourris, logés, pleins de ressources pour répondre à nos problématiques et questions, c’est gratuit et durant tout l’été, what else ?

Comment ?

Maintenant, pour l’action. Juste un tableau de suivi d’objectifs hebdomadaire, c’est simple mais, on a vite tendance à l’oublier. Chaque semaine, on fait un point sur : J’ai fais, j’ai pas fais et ce que je vais faire et tout ça devant tout le monde (c’est bête, mais expliquer ses objectifs de façon clair et concis c’est super important).

On est un peu moins perdu, on a une base d’objectifs à atteindre. Maintenant il faut les réaliser. Là il n’y a pas de solutions magiques, il faut se sortir les doigts du c** et y aller mais encore faut-il bien faire. Maia Mater est encore là pour ça, on pose des questions à l’équipe, aux autres projets, on nous met en relation avec les acteurs compétents dans nos problématiques, support papier (des livres quoi), support vidéo ( The Family, ça a fait ses preuves 🙏) et let’s go. On a des objectifs et on a les moyens de les réaliser, c’est déjà pas mal.

Ensuite, la rencontre avec des entrepreneurs qui ont beaucoup de choses à nous apprendre (Big up à Quentin Adam et Thomas Mathieu) ! Tous les vendredis c’est Office Hour, on doit pitcher notre projet, expliquer nos problématiques et prendre le maximum de retours constructifs de ces séances. Autant dire que le résultat est là !

Le tout saupoudré d’événements tout au long du programme pour nous faire avancer ( Web2Day , Nantes Digital Week) le plus possible. On nous prépare à se jetter dans la fosse aux lions (pitch, réseautage, mise en relation, …).

Tout ça réuni fait qu’on est vraiment dans une dynamique que je n’avais jamais connue jusque-là. On n’est pas tout seul, il y a des gens dans le même cas que nous et ça fait du bien, on est suivi mais pas assisté et les seuls freins que l’on rencontre, c’est nous. Eh oui, quand tout est fait de façon à réussir, la dernière étape est de savoir est ce que JE suis prêt pour tout ça finalement, il n’y a plus rien pour se cacher :

  • Mais je n’ai pas de locaux, je vais travailler où ?
  • Mais je n’ai pas les moyens de faire ça moi
  • Ouais mais jamais je n’arriverai à rencontrer les bonnes personnes
  • Je ne sais pas comment m’y prendre

Et à la fin ?

Pour Abradebarras ça été un coup de pouce gigantesque, on a pu passer le projet du stade de “Plein d’idées d’évolutions hypers confuses” à un service en place qui ne cesse d’évoluer !

Après Maia Mater, on est censé avoir toutes les cartes en main pour réussir et survivre jusqu’à l’année prochaine. Si jamais on rencontre un souci, on a maintenant de bons contacts prêts à nous aider 😎.

Je signe où ?

Je ne dis pas que Maia Mater est LE programme d’accompagnement pour tous les porteurs d’idées ou jeunes startup, mais que c’est LE programme qui m’a été le plus bénéfique.

Il n’y a pas de réflexions super-poussées derrière ces lignes, c’est relativement spontané donc c’est un point de vue, une opinion à vous de voir si vous voulez réussir 🙃.


Ce retour t’a donné une folle envie de rejoindre Maia Mater ?

C’est ici que ça se passe 👉 http://maiamater.com/ 👈 !

Ou contact les directement sur Facebook et Twitter !

Un grand merci à Maia Mater pour tout ça 💖

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.