Haro sur l’Orientation et Vive le Rêve!

Dans le cadre de mon projet d’entreprise, j’interviens depuis quelques mois dans les collèges et les lycées de Paris pour rencontrer les adolescents et les faire parler de leurs projets, leurs envies, les questionner sur leurs besoins, leurs réelles problématiques. J’essaie d’observer les comportements des adolescents et des professeurs et d’en tirer un maximum d’enseignements.

Les adolescents m’intéressent car ils me permettent de comprendre pourquoi à leur âge je ne parvenais pas du tout à me projeter dans un métier particulier, mais surtout, d’essayer de répondre à leurs réels besoins pour les aider à réfléchir sur eux, verbaliser leurs rêves et les réaliser.

J’ai rencontré récemment, une classe de 3ème générale à Paris et j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec chaque élève de cette classe (30 en tout). J’étais effarée de voir que la plupart des élèves avaient du mal à parler de leurs compétences. En effet, comment se fait-il que les élèves avaient honte de parler du fait qu’ils maîtrisaient le mandarin, le hindi, le bengali, l’arabe littéraire, un sport de haut niveau, un art etc.? Pourquoi est-ce si difficile d’affirmer sa différence, et d’en être fière quand on est adolescent?

La plupart de ces élèves avaient une très vague idée, ou aucune idée de ce qu’ils souhaiteraient faire plus tard. Et en les écoutant, je me suis reconnue à leur âge, et me suis dit: “c’est drôle, il n’ y a pas grand chose qui a changé…”

Pourquoi beaucoup d’élèves qu’ils soient bons ou en difficulté n’arrivent à aucun moment de leur scolarité à se fixer un but, un projet “bon” pour eux? Pourquoi n’arrivent-ils pas à verbaliser de façon claire ce qui les fait rêver et prendre des décisions tranchées pour avancer dans leur vie?

Parmi ces 30 élèves j’ai retenu une conversation que j’ai eu avec Guillaume 14 ans, plutôt bon élève, qui, à mon sens, pourrait certainement apporter des éclairages à ces questions.

La voici:

Moi, sourire, bras ouverts, voix forte et ton enjoué : Bonjour Guillaume, comment ça va?
Guillaume, assis à sa table, tête baissée, visage fermé, les bras croisés, voix faible: Ouais bof, mais ça va quoi, en fait je n’ai pas vraiment envie de passer devant tout le monde pour parler de ça…
Moi, voix posée : Je comprends, ce n’est pas simple de s’exposer, mais à la fois, c’est un formidable exercice qui va tous vous permettre de vous affirmer, et d’expliquer à votre façon ce qui vous a conduit à choisir tels ou tels projets, d’inscrire vos talents, et vos qualités et d’en être fiers, et aussi exprimer vos difficultés à trouver un projet, prendre une décision. Je t’assure, ne t’inquiète pas, ça été une épreuve pour tout le monde, et au final, ceux qui sont passés semblent en avoir tiré bénéfice, ils sourient tous, regardes, aller courage, à ton tour.
Guillaume, s’approche du tableau, voix hésitante, toujours tête baissée, mal à l’aise, triste: Oui mais je ne sais pas trop…
Moi, synchronisant ma voix à la sienne, le regardant dans les yeux, ma main posée sur son épaule: Vas-y lance toi, ne t’inquiète pas ,moi aussi c’était pareil pour moi à ton âge, prendre la parole en public c’est pas simple…
Guillaume, se redresse, me regarde dans les yeux, la voix feutrée, ton hésitant: Non… mais c’est un peu difficile pour moi-là, tu vois j’ai le cul entre deux chaises, je n’arrive pas à me décider…
Moi, totalement synchronisée: Tu hésites entre quoi et quoi Guillaume?
Guillaume, la tête relevée, esquissant un sourire, voix plus forte, regardant la classe: Ben voilà, informaticien ou plombier. En fait j’adore travailler de mes mains, bricoler, réparer, défaire, refaire, comprendre les objets, les disséquer, ça j’aime et le métier de plombier m’irait très bien, j’ai besoin d’être actif et aussi d’être mon propre patron, ça compte pour moi… L’informatique serait plus un choix d’avenir, mais franchement ça me fait pas rêver d’être assis à coder toute la journée, j’en ai marre d’être assis, c’est pas fait pour moi. Mes parents voudraient que je devienne informaticien, et je suis coincé car ils m’imposent ce choix, alors que de toutes les manières, je sais que je ne resterai pas plombier toute ma vie, je ferai autre chose, et des études longues peut-être que j’en ferai mais plus tard… Et j’apprends plein de choses tout seul dans mon coin tous les jours. Je ne suis qu’en 3ème générale, je n’ai pas de cours en plomberie, et je sais faire quand-même, car j’ai appris chez moi. Je comprends les ordinateurs, je les monte et les démonte pièce par pièce, les améliore, je maîtrise des quantités de logiciels en design, photographie, ça m’amuse comme beaucoup de personne de mon âge, je sais coder, mais je n’ai pas envie d’en faire mon métier. Je veux travailler dans un métier où je serai en lien avec les gens, et faire des choses concrètes. voilà ce que je veux faire, être en mouvement…Mais j’ai le sentiment que si je choisis cette voie, mes parents vont m’en vouloir, et seront déçus, c’est tendu en ce moment. C’est sûr pour la majorité des gens, être plombier c’est un métier de raté, c’est pour cela que c’est difficile pour moi d’en parler, mais voilà je veux juste qu’on me fiche la paix un peu. Quand on a un projet c’est un problème, et quand on en a pas c’en est un autre… J’en ai marre, voilà j’ai tout dit…
Applaudissements de la classe.
Moi, Sourire, émue : je te remercie infiniment Guillaume de ton intervention, car tu as un très beau projet, tu sais qui tu es, tu sais en parler, tu y mets beaucoup de sens . En plus, je pense que tu le sais, mais des plombiers il y en pas assez en France, donc tu pourras bien gagner ta vie, sans aucun problème et surtout tu seras bien dans tes baskets. En plus , tu as des ressources, tu es curieux, autodidacte, autonome, et ce sont des forces qui te permettront certainement de rebondir dans la vie en général, te renouveler, en tout cas bravo pour ton témoignage!

J’ai choisi de retranscrire cet entretien avec cet élève de 3ème générale, car il me semble qu’il est symptomatique de notre façon d’orienter les adolescents en France.

Nous pouvons remarquer le malaise de Guillaume, malgré la verbalisation très claire d’un projet professionnel et une connaissance de soi étonnante pour un enfant de son âge. Pourtant, dans cet échange, il oscille entre plusieurs sentiments : la honte, la colère, l’injustice, l’exclusion, la tristesse, l’incompréhension.

I. Voici les enseignements que je peux tirer de cet épisode:

Si guillaume se sent mal à l’aise par rapport à son projet c’est bien parce que :

  1. Les adultes de son entourage (les enseignants, les parents, les conseillers d’orientation), ont un pouvoir d’influence sur lui important. Ils décident ce qui est bon ou mauvais pour lui, alors-même qu’il a un projet bien construit, et qu’il verbalise clairement les conditions qui feront qu’il sera heureux et épanoui dans sa vie professionnelle et personnelle.
  2. La société ne valorise pas les métiers manuels. Guillaume veut devenir plombier, il ne fera jamais des mathématiques de haut niveau ni de la philosophie, car il fera des études courtes. Il ne sera ni visible ni reconnu en prenant une voie professionnelle. Pourtant Guillaume est autodidacte, il est curieux, conçoit des objets, apprend à coder chez lui, se documente, et n’est pas fermé à la culture. Guillaume a la chance d’avoir un rêve, ou plutôt un projet, celui de devenir plombier. C’est dans ce domaine qu’il veut entreprendre, démarrer sa vie. Le hic, c’est qu’il parle de son rêve du bout des lèvres, à voix feutrée, presque inaudible et la tête baissée. Oui, la tête enfoncée dans les épaules, pour qu’on ne le regarde pas, ou pour éviter qu’on le regarde. Le jugement que les uns et les autres portent sur lui, lui est insupportable.
  3. La logique “rationnelle” de l’orientation scolaire voudrait que Guillaume, (parce qu’il est un “bon élève”) se dirige vers des études longues et élitistes. Guillaume par son choix casse cette logique, cette logique dont les adultes ont beaucoup de mal à se défaire. Dans sa posture, Guillaume est donc difficile à gérer.
  4. L’évaluation à l’école tourne autour des compétences de savoir, savoir-faire en règle général, que l’on a acquises en classe. Guillaume n’arrive pas à faire valoir ses compétences acquises en dehors de l’école. Elles ne sont pas reconnues, même s’il peut prouver par a+b qu’il a fait des réalisations. Elles ne comptent pas, personne n’a pas pu les observer, ni les évaluer. Pourtant il a besoin de convaincre son environnement qu’il aime apprendre seul et travailler de ses mains. Il n’arrive pas nécessairement à verbaliser en toute liberté son projet car, il sent que son entourage accorde plus d’importance à l’école qu’à ce qu’il apprend tout seul dans son coin. Guillaume n’ose pas dire qu’il aime travailler de ses mains, car cela ne fait pas trop ambitieux et la plomberie ne fait pas rêver beaucoup de monde, et surtout il est tiraillé entre la volonté de réaliser son propre désir ou celui de ses parents.
  5. Le métier que l’on occupe en général est un élément important de notre identité. On pose souvent la question suivante aux gens que l’on rencontre : “Tu fais quoi dans la vie?”, au lieu de dire “tu t’intéresses à quoi, c’est quoi qui te fait tripper?” Cette question quand on occupe un poste prestigieux, on aime y répondre volontiers, ça fait du bien à l’égo, mais quand on occupe un poste de femme de ménage, de plombier etc. on n’a pas trop envie d’en parler, car ce n’est pas ce qui fait rêver les gens. Guillaume se sent bien plus qu’un simple plombier ou un informaticien, il dit qu’il pourra changer de cap au cours de sa vie, et qu’il ne s’interdira rien.

Alors quand on dit que les adolescents ne s’intéressent à rien, peut-être faudrait-il comprendre d’abord pourquoi ils finissent par ne s’intéresser à rien. Si Guillaume continue à ressentir ce malaise, oui, il finira peut-être par tout lâcher, et ne s’intéresser à rien.

À qui Guillaume doit-il faire plaisir? Ses parents? La société? Lui?

Ses parents sont inquiets et veulent qu’ils réussissent dans un domaine où il y aura toujours du travail, et dans lequel il n’aura pas à se salir les mains, ni à détériorer sa santé. C’est tout. L’amour, la bienveillance, conduit parfois à ce genre de situation.

Ils veulent sauver leur enfant, car l’avenir leur fait peur, mais quand le sauveur devient persécuteur , là on a à faire à une situation potentiellement “dangereuse” pour l’adolescent, lui qui a tant besoin d’être soutenu par ses proches. Il faut le dire, les périodes d’émission des voeux d’orientations sont vécues comme des tournants dans la vie d’un adolescent. Être compris, écouté et soutenu est essentiel.

Il semblerait que le regard des parents importe beaucoup aux yeux des adolescents. Construire une relation solide, de confiance est déterminant pour bien vivre cette période de prise de décision et de transition. Ce qui importe c’est la façon dont l’adolescent verbalise son projet, et convainc ses parents pour qu’ils l’aident à cheminer dans la direction de son choix.

D’autres part, une voix en lui (Guillaume) lui dit que s’il choisit de devenir plombier au lieu d’informaticien alors, ses chances de rebondir dans la vie seront bien plus réduites, car dans le monde du travail n’aime pas trop “les profils atypiques”… C’est juste une croyance, mais Guillaume ne le sait pas car il est, comme tous les autres, imprégné de notre culture qui veut que lorsque l’on choisit une voie c’est pour la vie.

II. Et si nous arrêtions d’orienter les adolescents pour les laisser exprimer leurs idées et leurs rêves?

Notre façon d’orienter les adolescents en France a fortement contribuer à la création de normes sociales:

Si vous êtes un bon élèves alors…
Si vous êtes un mauvais alors…
En somme, le monde se divise en deux catégories…

Le destin des jeunes est ainsi scellé. Il n’y pas de retour en arrière possible , ni de droit à l’erreur. C’est en tout cas ce que l’on fait croire aux familles et aux élèves pour qu’ils choisissent un projet correspondant à l’offre existante, et éviter qu’ils se posent trop de questions et vouloir revenir en arrière et entrer en négociation avec les chefs d’établissement pour défendre pas nécessairement de la bonne façon le vrai projet de leurs enfants.

Comme nous pouvons le constater, le redoublement n’existe plus, pour la simple et bonne raison, que si un adolescent redouble il gonflera les rangs de la classe des ses cadets, déjà surchargée. C’est de la logistique.

Ce que nous sommes, ou qui nous sommes importe peu au regard du système scolaire, un système destiné à nous faire passer un bac général, technique ou professionnel et nous faire acquérir un certain type de savoir théorique et pratique pour naviguer dans la vie. Ce type de savoir n’est pas vraiment fait pour nous préparer à la vie professionnelle.

Le système scolaire est régi par des règles, et l’élève inscrit à l’école doit s’y plier et faire avec. Il n’a pas d’autre alternative. Cependant, attendre que le système change, paumes de mains vers le ciel est évidemment une perte de temps, et aussi un manque de clairvoyance. Le système ne changera certainement pas si les parents et leurs enfants ne changent pas leur façon de regarder l’avenir et de se regarder eux-mêmes, et de communiquer ensemble.

La seule chose que les adolescents puissent faire c’est prendre le lead sur leur vie, et argumenter face aux professeurs, et aux conseillers d’orientation pour défendre leurs projets et leur compétence.

Les adolescents avec l’aide bienveillante de leurs proches, devraient s’exercer à sortir de la logique de l’orientation scolaire. Ainsi ils ne laisseront plus des tiers dire d’eux qu’ils sont juste manuels, ou juste intellectuels.

Ils sont bien plus que cela.

Car nous le savons bien, la pensée et l’action sont interdépendantes. Nos compétences et capacités sont immenses. Ne laissons plus autrui nous dicter ce que nous sommes, et combien nous valons.

Pour ma part, je pense que l’école n’offre aucun espace où les élèves parlent d’eux, et l’évaluation ne porte que sur l’acquisition des savoirs (hardskills) mais pas assez sur le les savoirs-être (softskills), et savoirs-faire.

Guillaume a de la personnalité sous sa timidité, et malgré son manque de confiance en soi, il est connecté à lui-même, il a un projet, il se connaît bien, il connaît ses forces, et veut s’appuyer sur elles pour se réaliser. Si Guillaume est assez ancré dans son identité c’est bien parce que son environnement familial est bienveillant malgré sa maladresse. Ses parents sont inquiets et c’est normal. Je ne connais aucun parents qui ne s’inquiètent pas pour leurs enfants, c’est leur rôle de vouloir ce qu’il y a de mieux pour eux. Mais, pour ma part, ils ont besoin d’être rassurés par le discours construit de leurs enfants. Les parents finissent en général par valider un projet lorsqu’il est bien construit.

II. “Orientation scolaire”, appelons ce truc-là autrement!

A force d’écoute et d’observation, j’ai fini par comprendre que l’orientation scolaire n’est pas un bonne expression. Je n’ai plus envie de l’utiliser. Orienter c’est diriger quelqu’un dans une direction qui n’est pas nécessairement la sienne. Scolaire, fait référence à un endroit (l’école) mais aussi à l’ensemble des compétences qu’un adolescent a développées au cours de ses études dans le secondaire . L’adolescent est orienté en fonction des ses résultats scolaires, jusqu’ici rien de nouveau…

Si vous êtes enseignants vous aller dire :

Évidemment c’est bien normal, comment voulez-vous faire autrement, il faut bien se fonder sur quelque chose pour évaluer le niveau d’un élève, sinon on ne peut pas savoir pour quel domaine il est fait.

Pourtant l’équation élève/note/domaine professionnel, n’est pas aussi évidente.

Si vous êtes parents vous allez dire:

A quoi ça sert d’aller à l’école si on n’arrive pas vraiment à savoir ce que valent nos enfants.

À mon sens, les parents n’ont pas besoin de notes scolaires pour connaître la valeur de leurs enfants.

Si vous êtes élèves/ adolescents vous allez dire:

J’ai bossé comme un taré, et je ne sais même pas ce que ça vaut, ce que je vaux. J’ai une mauvaise note donc je suis un raté. J’ai une bonne note donc je suis un crack.

Les enfants, les adolescents quand ils travaillent dur, investissent leur énergie, leur temps et s’attendent à un retour sur investissement. Quand la note n’est pas à la hauteur de leur engagement, alors, beaucoup de choses peuvent s’écrouler ou s’affaiblir, s’altérer: leur engagement, leur confiance en soi, et parfois l’estime de soi. D’autre part, le lien entre avoir une mauvaise note et être un raté n’est pas non plus évident, et inversement.

L’orientation scolaire, comme nous l’envisageons en France n’a fait que développer des biais de raisonnement, ou plus précisément des biais de représentativité. En somme, un bulletin de notes donne certaines caractéristiques sur les élèves, quand les parents, les conseillers d’orientation reçoivent ces informations, elles les considéreront comme étant essentielles à leur identité.

Un bulletin de notes n’est pas suffisant pour définir qui nous sommes et décider de ce que nous souhaiterions faire de notre vie.

Nous sommes tous d’accord sur une chose: nous avons besoin de savoir ce que nous valons à un moment donné de notre parcours qu’il soit scolaire, professionnel ou personnel.

Les élèves demandent à être évalués, ils en ont besoin et c’est bien légitime, car ils doivent de se positionner pour construire leur identité. L’évaluation est donc nécessaire. Mais ce qu’on ne dit pas c’est qu’une note n’est que le résultat d’une évaluation réalisée dans un domaine précis, faite à un moment précis. Et, à mon sens cela ne peut refléter un niveau de compétence, ni d’intelligence précis. Car même si un élève rate son évaluation, après correction il comprendra ses échecs, et apprendra cette fameuse compétence qu’on lui demande tant d’acquérir.

Orienter les adolescents uniquement sur la base de leur niveau scolaire est archaïque et insuffisant compte tenu des exigences du monde du travail aujourd’hui.

Et, au risque d’en choquer plus d’un, désolée mais tant pis, il faut que ça sorte:

L’orientation scolaire en tant que concept et en tant qu’expression, devrait disparaître purement et simplement.

Chaque fois que j’utilisais l’expression Orientation scolaire auprès des quelques 500 élèves que j’ai rencontrés depuis le début de mon projet, une exaspération profonde pouvait aisément se lire sur leurs visages.

“Orientation, orientation …. Causes toujours tu m’intéresses…”

L’orientation scolaire, c’est ennuyeux, car cela ne fonctionne pas toujours. Elle est faite pour les gens normaux… Sauf que de plus en plus d’élèves d’élèves aujourd’hui n’arrivent plus à rentrer dans les cases.

Alors, préférons le développement et l’évaluation de son efficacité personnelle* (A. BANDURA, 1997) à l’orientation scolaire.

Conclusion

Les conseillers d’orientation, les enseignants, n’ont pas la capacité, ni le temps de faire réfléchir les élèves sur eux-mêmes, leur apprendre à parler d’eux mais surtout les aider à définir leurs préférences, leurs envies, parler de leur rêves, construire leur(s) projet(s) professionnel(s) et personnel(s), prendre conscience de leurs compétences (qu’elles soient scolaires ou pas), leurs potentiels,et les mettre en action pour faire en sorte que leur désirs deviennent réalité. Développer l’efficacité personnelle* des élèves n’est pas le rôle ni des enseignants, ni des conseillers d’orientation scolaire.

Les parents, même si aux yeux des professionnels de l’orientation n’ont aucune légitimité car ils ne connaissent pas grand chose au marché de l’emploi (quoique ceci est discutable) et pas grand chose en psychologie, et sont souvent ceux que l’ont blâme en premier lorsque les adolescents ne vont pas bien, ont pour moi une très grande importance. Ils peuvent suivre et soutenir les projets de leurs enfants sur la durée, et sont engagés émotionnellement auprès d’eux. Cela compte, et c’est indispensable. Qu’ils ne connaissent pas le marché de l’emploi n’est pas un problème, puisque je pense qu’ils savent très bien se documenter, et sont loin d’être les ignorants qu’on voudrait qu’ils soient. L’information sur les métiers est importante mais pas déterminante dans le choix d’un projet professionnel. Ce qui est déterminant c’est la connaissance que l’on a des ses enfants.

Si la plupart des élèves que j’ai interrogés dans cette classe mais aussi toutes les autres, avaient tant de mal à parler des compétences qu’ils maîtrisaient en dehors de l’école, c’est parce qu’elles ne sont ni visibles ni reconnues, ni évaluées. De ce fait, elles ne sont pas suffisamment prises au sérieux dans le champs de la construction du projet professionnel de l’élève. Ces domaines de compétences peuvent pourtant leur ouvrir des vocations professionnelles notoires.

Les adultes (enseignants, conseillers d’orientation) ne disposent pas de données significatives et suffisantes sur les parcours, les personnalités, les préférences des élèves. Aider les adolescents à Bâtir leurs storytelling devient urgent pour construire leurs projets, et prendre leur vie en main. Cette construction se fera dans la durée à l’aide d’un sponsor de leur choix. Il est illusoire de penser que tous les adolescents peuvent bâtir une idée projet “bien ficelée” en l’espace de 2 ou 3 mois. C’est un travail qui prend du temps, le temps de la recherche de soi qui commence au tout début de l’adolescence jusqu’à la fin de sa vie.

Je développerai dans un prochain article ce que signifie l’efficacité personnelle* et en quoi elle est pertinente pour l’adolescent dans le cadre de la définition de son projet professionnel et personnel.

Etre soi et en être fier, c’est essentiel pour avancer dans la vie.
Et, réaliser ses rêves…

Laila DUCHER


Show your support

Clapping shows how much you appreciated Laila Ducher’s story.