Sur la conférence de Céline Alvarez du 9 octobre 2016

Comme une groupie je me suis rendue dimanche dernier à la conférence de Céline Alvarez, car je crois en elle dur comme fer. Je ne crois pas uniquement en sa vision de l’éducation. Je crois en ce qu’elle est en priorité. Elle est inspirante, courageuse, audacieuse, travailleuse, pragmatique, franche, et surtout très humble et humaine. Céline Alvarez est une faiseuse, une praticienne. elle est en action pour le bien commun. Elle mérite donc tout notre soutien, notre bienveillance et reconnaissance.

J’ai lu son blog, son livre, visionné ses conférences. Quand j’ai démarré mon projet, il y a un plus d’un an maintenant, je ne la connaissais pas. Et quand des amis sur facebook m’ont envoyée des liens sur son site, alors-là je me suis sentie beaucoup moins seule! Et surtout, j’ai été scotchée par l’ampleur et l’impact de ses travaux et l’énergie positive qu’elle y met quotidiennement.

Évidemment, je ne suis donc pas la seule à m’intéresser à l’apport de sciences cognitives dans l’enseignement et l’accompagnement des enfants dans leurs apprentissages, leur croissance et leurs projets. Beaucoup d’enseignants, d’entrepreneurs de parents, oeuvrent pour faire enfin évoluer nos pratiques éducatives.

Les sciences cognitives sont intéressantes car elles développent des approches qui accompagnent les changements en décodant les modes de fonctionnement des systèmes, les modes de résolution de problème et elles s’intéressent à l’intelligence humaine.

Comme je vous l’ai expliqué, je suis ses actualités, je lis ses travaux depuis quelques mois, du coup je n’ai pas appris plus de choses lors de sa conférence mais j’ai été davantage interpellée par ce qui suit:

Céline Alvarez est une des rares professionnelles de l’éducation qui porte un discours rassembleur. En effet elle n’oppose pas les enseignants aux parents, et ni les parents aux enseignants, elle les considère comme étant la clé de l’épanouissement de l’enfant. Ils fonctionnent ensemble et c’est en cela qu’elle est pour moi révolutionnaire et ceci semble pour elle, non négociable.

Les Parents, les enseignants ont certes chacun leurs parts, leurs rôles dans l’éducation et l’instruction des enfants mais chacun exercera en reconnaissant les responsabilités, les compétences, des uns et des autres.

D’autre part, collaborer signifie accepter que nous ne connaissons pas tout, et apprendre à décrypter et résoudre des problèmes ensemble.

Ensemble, nous allons beaucoup plus loin.

À travers sa conférence, j’ai ressenti chez elle une envie de sortir enfin des vieilles modalités relationnelles parents/enseignants fondées sur la peur de celui qui en sait le plus. J’ai traité ce sujet en partie ici et ici.

Pour moi, ce point-là est l’une des clés du changement de l’Éducation Nationale. La collaboration entre parents et enseignants reste incontournable pour développer la motivation de l’enfant et le mener vers un ancrage profond dans un domaine précis et dans lequel il s’investira à 100%.

La réussite des enfants dépend donc de l’environnement. Si l’environnement dans lequel évolue l’enfant est stressant, étouffant, violent, l’enfant va devoir ramer toute sa vie pour se construire.

Si en revanche l’environnement est chaleureux, bienveillant alors tout deviendra possible pour lui. Vous n’avez pas besoin d’être riche comme Crésus pour élever un enfant, vous avez juste besoin d’être à l’écoute, de donner de l’amour, de la liberté, du temps et d’être bienveillant. Vous pensez que c’est peut-être très peu, mais en réalité, cela représente tout.

“La simplicité est la sophistication suprême” Léonard de Vinci.

La grande question de l’éducation est la suivante: Que fait-on pour faire en sorte que nos enfants se mettent en action dans leurs propres champs d’intérêts?

Céline Alvarez n’a rien inventé, elle le dit elle-même en conférence, alors pas la peine de lui faire des mauvais procès! Elle veut juste qu’enfin les neurosciences* soit mises à profit pour éduquer nos enfants dans la joie et la bonne humeur dans nos institutions éducatives vieillissantes et génératrices d’inégalités abyssales. En effet, depuis longtemps on sait comment fonctionne le cerveau humain en matière d’apprentissage.

L’Homme est câblé pour apprendre, il apprend toute sa vie. Ce n’est pas en lui inculquant de force un savoir qu’il va l’assimiler. C’est en lui donnant la possibilité de choisir ce qu’il veut apprendre qu’il aura des facilités à apprendre.

D’autre part, entre 3 et 5 ans, il se passe quelque chose d’incroyable : les jeunes enfants ne demandent qu’à apprendre, ils souhaitent conquérir le monde, ils sont naturellement curieux et surtout ils ont envie de devenir autonomes.

Offrir un espace de liberté aux enfants leur permet de développer des compétences exécutives qui leur permettent d’agir de façon organisée pour atteindre leurs objectifs. Il en existe 3: la mémoire de travail, le contrôle inhibiteur et la flexibilité cognitive.

  • le contrôle inhibiteur c’est la capacité à différer une envie, un désir.
  • la flexibilité cognitive c’est la capacité à détecter une erreur, et réajuster sa stratégie pour réparer l’erreur (créativité)
  • La mémoire de travail permet de mémoriser et d’organiser les informations

Plus le contrôle inhibiteur est élevé, plus cela sera prédictif de la réussite de vos enfants, cela est bien plus important qu’un QI élevé.

Vidéo: Le test du chamallow, ne riez pas c’est très sérieux!

https://www.youtube.com/watch?v=9NTdx3Iq7EU

Il est aussi à noter que c’est dans l’activité engagée (la motivation) que l’enfant accepte naturellement de faire des erreurs, il recommence, retombe et se relève, il devient autonome, expert, uniquement par ce biais.

Le système scolaire (parce que se tromper est une marque d’incompétence et de bêtise, et parce qu’il faut aller vite pour terminer ce foutu programme scolaire!), et les parents (parce qu’ils ont peur que l’enfant tombe et se fasse mal) déconnectent l’enfant de ses motivations pour telles ou telles activités.

La guidance, ce lien social encourageant, bienveillant, chaleureux, est ce qui va permettre aux enfants de devenir autonomes et épanouis, confiants. C’est par le lien social empathique que l’enfant apprend sereinement, et qu’il deviendra grand et heureux.

Si l’environnement dans lequel le jeune enfant évolue est stressant, alors cela causera des dommages parfois irréversibles. En effet, le stress génère une hormone, le cortisol qui s’attaque aux structures fondamentales du cerveau, et notamment les zones de la mémoire (court-circuitant l’hippocampe).

J’essaie de concevoir une façon d’accompagner les adolescents dans leur croissance et leurs projets sur ces grands principes de l’apprentissage et des relations humaines. Je vous donnerai des nouvelles d’ici quelques semaines.

Ce que fait Céline Alvarez est courageux, car elle s’attaque aux croyances irrationnelles que l’on a développées sur l’instruction et l’éducation depuis que l’Éducation Nationale existe. Elle est en pleine conquête, aidons-la à la mener de front, enseignants et parents. Dans cette quête du changement, elle a une attitude entrepreneuriale, et moi j’adore ça!

Je vous laisse donc visionner cette petite vidéo de 2 minutes que j’ai filmée moi-même pendant son intervention.

https://www.youtube.com/watch?v=LK3tL7yBktw&feature=youtu.be

Pour aller plus loin dans ce sujet, voici quelques ouvrages que je vous conseille:

Il y a aussi le livre de Catherine GUÉGUEN, Intitulé “Pour une enfance heureuse” et celui-ci de Vincent LAUPIES “La guidance parentale, ses liens avec la psychothérapie et la bientraitance”.

À très bientôt,

Laila Ducher

https://weeprep.org/