J’ai les mêmes horaires qu’un fonctionnaire

Et je n’ai jamais été aussi productif

Je n’ai jamais connu d’horaires de travail limités, sauf lors de boulots d’été. Tu sais ? Ce concept où on commence et où on finit à heure fixe ?

Eh bien en fait je commence à croire que c’est une des plus belles inventions. Je ne te parle même pas des 35 heures.

Pouvoir commencer sa journée en se disant qu’on a que X heures de travail devant soi, c’est génial.

Et en tant qu’entrepreneur, cette rigueur est vraiment salvatrice.

Jusqu’à présent je faisais tout l’inverse

Lorsque l’on est à son compte, on est le roi du monde. En tout cas au début.

C’est génial, je fais les heures que je veux !

Ouais bah, de 6h du matin à 20h, c’est pas mal. 
Et les week-ends c’est bien aussi.

Je peux même travailler en pyjama !

Ne le fais pas. Ce bureau que tu as chez toi doit rester un BUREAU.


Désolé de te ressortir la loi de Parkinson (j’en parlais dans mon dernier article) mais elle dit qu’un projet va prendre tout le temps qu’on lui accorde. À la manière d’un gaz, il va occuper tout le volume disponible.

  • Alors soit tu as beaucoup de volume, comme moi avant, et tu as des journées très chargées mais peu productives.
  • Soit tu commences à mettre des contraintes et tu ne traîneras plus. Tu t’empresseras de t’occuper de ce qui doit être fait puis tu passeras à autre chose.

Je parlais également du Miracle Morning précédemment, eh bien ce n’est pas en ajoutant des heures de travail le matin qu’on est plus productif pour autant. On a plus de temps, c’est tout.

Maintenant je change d’approche : je réduis le temps disponible.

De l’art d’ajouter des contraintes dans sa vie

Tu me verras souvent expérimenter des techniques totalement opposées. Mais quand un système ne fonctionne pas, j’ai vite fait de le changer.

Maintenant les règles sont simples :

  • Je dors 9h par nuit (et je supprime les siestes) ;
  • J’ai 2 heures de Miracle Morning tous les matins (mais je ne suis pas matinal pour autant) ;
  • Je travaille en pomodoros toute la journée et je ne peux pas accéder aux sites « à distraction » pendant ce temps-là ;
  • Mon ordinateur s’allume automatiquement à 9h et s’éteint à 17h ;
  • Je marche entre 1h et 1h30 par jour ;
  • Je joue aux jeux-vidéo et je regarde des séries : je me laisse vivre.

Et si je crée un tel système c’est parce qu’il faut bien compenser mon manque de discipline. Je suis un grand procrastinateur donc la seule façon de me faire avancer c’est que j’aie des deadlines.

J’en suis même revenu à me faire un emploi du temps comme à l’école ! Ainsi j’y liste les tâches que je ferai pour chaque demie-journée.

Et pas de dispersion possible : mes journées sont thématiques. Lundi et Mardi j’écris pour WPMarmite, Mercredi et Vendredi je m’occupe d’ElegantSchool.

Quant au jeudi, c’est mon joker pour finir d’autres projets en cours. Et j’utilise encore le samedi matin pendant l’été mais je le supprimerai ensuite.

Mais les vacances jouent aussi

Toujours dans cette optique, je vais instaurer une nouvelle règle : celle des 12 semaines de vacances minimum. Une semaine par mois.

Mais je te préviens de suite : ce ne sont pas des congés payés. Ce seront tantôt des “mi-vacances” (travail à mi-temps) tantôt de vraies coupures. Mais ces dernières seront minoritaires.

Plutôt que d’agencer ma vie autour du travail, je fais l’inverse. En mettant la priorité sur le temps libre (que je perds sinon), je donne un cadre au travail et il ne peut pas en sortir.

En tout cas c’est ce qui se passe depuis le début de l’expérimentation et pour l’instant c’est vraiment exaltant !


Et toi, arrives-tu à contenir ton travail ? Ou vient-il grignoter ta vie personnelle ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.