Moi, mon livre et les réseaux sociaux

PART I — Un blog sinon rien !

Par Jean-François Gayrard


Avant de rentrer dans le vif du sujet de ce premier billet hebdomadaire consacré à la mise en avant de son livre sur le Web et en particulier sur les réseaux sociaux, je voudrais juste préciser que je n’ai pas la prétention de vouloir donner des recettes miracles pour vendre un livre : pour être franc avec vous, il n’en n’existe pas. Il existe des moyens artificiels inventés par des marketeux de pacotille qui ont le don de vous faire prendre des vessies pour des cerises et qui sont éditeurs comme moi je suis ingénieur à la NASA !

Il s’agit d’abord et avant tout d’un partage d’expériences. Voilà bientôt 5 ans, que les éditions Numeriklivres utilisent le Web et les réseaux sociaux pour propulser son catalogue. Nous avons testé beaucoup de choses. Certaines ont porté leurs fruits, d’autres pas. Ce qui a fonctionné il y a six mois, ne fonctionne plus aujourd’hui. Il n’y a rien de figé dans le Web. Le Web bouge. Il bouge beaucoup et vite. Si on ne bouge pas avec lui, on est très vite distancé. On doit adopter l’attitude du joueur de tennis en fond de court : être en perpétuel mouvement.

L’important sur le Web, ce n’est pas ce que j’ai à vendre. L’important, c’est qu’est-ce que j’ai à dire.

Je voudrais également préciser une chose : l’important sur le Web, ce n’est pas ce que j’ai à vendre. L’important, c’est qu’est-ce que j’ai à dire. Le premier réflexe que nous avons tous, c’est bien souvent de n’intervenir sur le Web que lorsqu’on a quelque chose à vendre. Puis lorsqu’on a plus rien à vendre, on disparait, comme si de rien n’était ! Puis, on revient, quand on a quelque chose à vendre à nouveau, etc., etc.. Cette logique de communication ne permet pas de créer de liens pérennes avec les lecteurs ou avec sa communauté. C’est même je crois tout le contraire.

Pourquoi un blog

Je sais que pour certains d’entre vous, ce que je vais dire est une évidence : le blog est la colonne vertébrale de votre communication sur les réseaux sociaux. C’est à partir de lui que tout doit et va se jouer. Parce que, comme je l’ai dit, plus haut, vous fidéliserez votre communauté de lecteurs sur ce que vous avez à dire et non sur ce que vous avez à vendre. Il ne sert à rien de créer une page fan Facebook ou encore un compte twitter (généralement les deux) si vous n’avez pas de quoi l’alimenter, sauf pour mettre des photos de chats et pour annoncer toutes les 5 minutes “j’ai un livre à vendre”. Parce qu’au bout d’un moment, votre communauté sur Facebook ou Twitter, décroche et va voir ailleurs. C’est bon on a compris que t’avais un bouquin à vendre. Merci à la prochaine.

Comment faire un blog

Encore là, je sais que certains vont se dire mais c’est bon tout le monde sait faire un blog aujourd’hui ! Peut-être. Mais il y a blog et blog. C’est vrai, créer un blog aujourd’hui, c’est facile, c’est pas cher, c’est à la portée de tout le monde. Il n’y a pas (plus) besoin d’être un crac en informatique.

Le contenant — Juste un petit rappel : la première régle sur le Web, c’est de ne pas rester figé. Le Web bouge, il faut bouger avec lui. Le choix de votre plateforme que vous allez utiliser pour créer votre blog — dépensez quelques euros pour personnaliser votre nom domaine, c’est important — est déterminant. Les Éditions Numeriklivres ont migré progressivement son contenu sur Medium.com après avoir été longtemps sur Wordpress.com, nous avons même testé Tumblr à plusieurs reprises. Pourquoi Medium.com ? Pour sa simplicité, le minimalisme de son design. Parce que Medium rassemble des gens qui lisent. Puis parce que nous nous sommes rendus compte que 79% des Internautes venaient sur notre site via leur tablette ou leur smartphone, un pourcentage qui ne cesse de progresser ; Medium.com est totalement adapté. Medium nous permet de publier du contenu rapidement, facilement. Il nous permet de nous concentrer sur les mots et les images et rien d’autres. Cela dit, il n’y a pas que Medium qui peut vous offrir cela : Wordpress, Tumblr, le fait très bien également (j’ai moins d’affinités avec Blogspot). Dans tous les cas, choisissez la plateforme qui vous convient le mieux, choisissez dans la mesure du possible des designs qui s’adaptent au tablette et smartphone.

Définir une ligne éditoriale

Le contenu — Maintenant que vous avez fait le choix de votre plateforme pour créer votre blog, le plus difficile sera de l’animer, de le rendre attrayant par son contenu pour donner envie aux lecteurs de venir vous voir souvent. Restez toujours dans cette logique qu’est-ce j’ai à dire et non qu’est-ce que j’ai à vendre. Bien évidemment, sur votre blog, il y a une page avec votre bio, des photos de vous, les couvertures de vos publications, des extraits à lire (changez régulièrement les extraits) et c’est très bien, c’est ce qu’il faut faire, c’est le minimum syndical. Mais c’est un contenu statique. Pour les Internautes qui arrivent pour la première fois sur votre blog, c’est super. Mais il faut lui donner envie de revenir à ce gentil internaute aventureux et c’est là que les choses se corsent. Votre blog est un magazine, vous en êtes le rédacteur en chef, avez-vous défini une ligne éditoriale ?

Oui, parce qu’il faut régulièrement alimenter votre blog avec du contenu neuf, un contenu qui parlera de tout sauf de ce que vous avez à vendre, un contenu qui va vous permettre de fidéliser vos lecteurs, un contenu que vous allez pouvoir partager sur les réseaux sociaux, un contenu qui sera forcément diversifié, pertinent, intéressant. Un contenu qui va vous permettre d’augmenter votre référencement naturel sur le Web (Google est très avare de contenu neuf). Et ce contenu, qu’est-ce qu’il racontera ? Il pourrait, par exemple, commenter une actualité en lien avec un des thèmes abordés dans votre roman (une façon de rappeler à vos lecteurs que vous avez publié quelque chose sans lui dire “achetez-moi”). Il pourrait développer le caractère d’un de vos personnages, il pourrait être une revue de presse en lien avec les thèmes qui vous sont chers et que l’on retrouve dans vos romans, il pourrait être simplement une belle image commentée. Et ce contenu, à quel rythme je devrais le publier ? Le rythme de publication est important si vous voulez fidéliser les Internautes, pour leur donner envie de revenir vous voir. Je ne sais pas à quel rythme il faut publier, c’est à vous de le décider. J’ai juste envie de vous dire : soyez régulier. Mieux, créer des rendez-vous, comme je le fais avec cette chronique.


Il y aurait encore tant de choses à dire sur le sujet mais je sais aussi par expérience que sur le Web, l’attention des Internautes est limité. Je n’ai certainement pas répondu à toutes vos questions. Je n’ai pas créer de tutoriels, vous en trouverez beaucoup en surfant. Mais l’idée n’est pas tant avec cette série de billets de vous donner des conseils techniques (d’autres le font bien mieux que moi) que de vous parler de la pertinence de (bien) communiquer sur le Web, de s’attarder sur le pourquoi du comment de la démarche.

Aujourd’hui, nous sommes dans une société qui passe son temps à vous marteler que tout est facile (créer votre blog en un clic, vendez sur le Web en un clic, créez une application en un clic, écrivez un best-seller en un clic, etc.) mais à quoi servent toutes ces choses faciles si on ne sait pas comment et pourquoi s’en servir ? À l’instar du “tout gratuit”, le culte du “tout facile” n’existe pas. Et pourtant, on fait tout pour vous faire croire le contraire.

Rendez-vous dimanche prochain pour la deuxième partie :

  • Part II — Quoi dire sur Facebook, Twitter, Pinterest…

Préambule | Part II


Voir toutes les collections

Littérature | Polar | SFFF | Romance | Érotisme

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Éditions Numeriklivres’s story.