Innov’up Proto, le futur se prototype

— Innov’up Proto : le quotidien de demain

Le dispositif de financement de la Région Île-de-France Innov’up Proto permet aux entreprises les plus prometteuses de développer des prototypes d’excellence. Accompagnées par Cap Digital, ces sociétés ont 8 mois pour finaliser le développement de leurs prototypes, présentés pendant les “Paris Région Smart Weeks”, et notamment Futur.e.s in Paris.

A moins d’avoir été loin de nous ces dernières semaines, vous avez pu découvrir les 16 lauréats de l’appel à projet 2017, autant de produits et services qui vous bouleverser nos usages dans les prochaines années, dans notre série d’articles “D’Ici / Demain”.

Besoin d’un reminder ?

Au contact des entreprises pendant toute leur phase de Recherche et Développement (R&D), nous profitons du lancement du nouvel appel à projet Innov’up Proto qui se terminera le 6 juillet prochain, pour vous parler de cette étape cruciale que nous accompagnons : le prototypage !

Mais d’abord, Innov’up c’est quoi ?

Innov’up c’est une série de dispositifs de financements publics qui accompagnent les innovateurs dans la réalisation de leurs projets :

C’est bien Innov’up Proto qui nous intéresse aujourd’hui, guichet sur lequel Cap Digital accompagne les entreprises lauréates, que vous pouvez retrouver dans notre série D’Ici / Demain ! Cette année, l’aide s’élèvera à un million d’euros pour 10 à 15 lauréats. Les projets de ces lauréats devront toucher à l’intelligence artificielle ou la robotique, dans le domaine de l’industrie. Pour attirer les meilleurs talents, la Région Île-de-France ouvre également cet appel à projets aux entreprises étrangères disposant d’un établissement en Île-de-France et aux projets mobilisant des partenaires internationaux.

Pendant cet accompagnement, nous avons pu observer cette étape si particulière du prototypage pour les entreprises. Alors, ça nous a donné envie de jeter un oeil (et même plusieurs) sous le capot pour mieux comprendre comment se passe ce process et vous partager un bout du quotidien de nos 16 lauréats de cette année, comme ça.

Prototyper, c’est découper

Créer un prototype, c’est d’abord tout simplement mettre en oeuvre ce que l’on a prévu sur le papier. C’est la première chose qu’évoque Yannick Gerard, chef de projet R&D chez DAVI, l’hologramme qui vous prépare aux entretiens d’embauche : la difficulté de diviser le projet en plusieurs morceaux pour garantir que chacune des parties soit réalisable, et adapter le travail à chacune des spécificités du projet (la reconnaissance d’émotions, l’hologramme, le domaine des RH et la construction d’un espace physique). Mais c’est également des surprises lors de l’assemblage des “briques”, qui apporte son lot de problématiques. Plusieurs aspects ont dû être revus, corrigés, et refaits par les équipes, pour s’approcher de la promesse faite lors du dépôt de dossier.

Assembler des technologies existantes de pointe, c’est aussi le travail réalisé par les équipes d’Aerial Coboticus, le cobot du BTP et de l’industrie. Les technologies de pointe comme l’aéronautique ou la mécatronique ne sont pas largement répandues et ont d’ailleurs posé problème au recrutement nécessaire d’un(e) stagiaire : les profils sont rares et le temps presse !

Prototyper, c’est s’adapter

Lorsque l’on prototype, il faut souvent déléguer, faire appel à un partenaire par exemple. Et déléguer, ça veut dire faire confiance à quelqu’un d’autre sur son projet. C’est Proxem, qui crée son chatbot (vraiment) intelligent, qui nous en parle encore le mieux. Facebook, après tous les scandales en date, durcit ses règles de confidentialité et notamment d’intégration de bots sur Messenger. Résultat : Adata, le chatbot de Futur.e.s pourrait arriver à la fête avec un peu de retard… Anticiper ces risques, c’est parfois largement compliqué, mais il arrive surtout que ces contretemps ne soient pas du ressort de l’entreprise.

Pour Aerial Coboticus, ce sont aux problématiques externes qu’il a fallu faire face ! La petite équipe a dû trouver des solutions pour tenir les délais malgré tout.

“Les difficultés peuvent ne pas être liées au prototype, mais l’impacter très largement. Les choix que l’on fait dans un contexte de subvention sont bien plus structurants qu’à l’ordinaire.” — Asma Bouaouaja & Clément Serrat, cofondateurs d’Aerial Coboticus

Prototyper, c’est expérimenter

Avec Adata, le bot développé par Proxem pour Futur.e.s, l’entreprise pourra expérimenter son prototype sur un terrain “grand public”. Une étape obligatoire pour passer du prototype au produit. Une aubaine puisque la suite logique d’une participation à Innov’up Proto est de se tourner vers Innov’up Expé ! Le retour des professionnels et du public lors de Futur.e.s permettra de faire faire une “pré-expérimentation” nécessaire pour alimenter une suivante à plus grande échelle.

“La clé dans le prototypage, c’est d’expérimenter. C’est encore plus vrai en informatique parce qu’on se trompe forcément si on ne l’expose pas au grand public.” Thomas Cohu, Directeur Marketing Produit chez Proxem.

Accompagnées par Cap Digital, ces sociétés ont 8 mois pour finaliser le développement de leurs prototypes, présentés pendant les “Paris Région Smart Weeks”, et notamment Futur.e.s in Paris. L’occasion de tester les projets grandeur nature ! Le retour des utilisateurs est d’une valeur conséquente, encore faut-il s’adresser à eux correctement. Interagir avec l’hologramme dans le contexte d’un entretien a été sans conteste un challenge pour les équipes de DAVI, qui ont développé une phase d’éducation et d’acculturation des utilisateurs potentiels.

C’est également le cas d’Aerial Coboticus : pour l’équipe, il s’agit de s’adapter au public, et non pas seulement aux utilisateurs potentiels. La pression se situe donc majoritairement dans le fait de faire le grand saut, face à un public particulièrement large.

A la découverte du proto

Au-delà des difficultés soulevées, Yannick Gerard et l’équipe de Proxem tombent d’accord sur un point : le prototypage apporte de nouvelles idées et fait prendre conscience de l’intérêt global du projet. La découverte ne s’arrête donc pas à l’étape de la réflexion en amont :

Une fois le prototype créé, on se rend compte du potentiel, il y a plein de choses auxquelles on n’avait pas pensé ! Le prototypage réserve de belles surprises.” — Yannick Gerard, chef de projet R&D chez DAVI

>>> Pour candidater au nouvel appel à projets Innov’up, c’est par ici que ça se passe !